Rebel Moon (Partie 1) Enfant du feu (A Child of Fire en VO) de Zack Snyder s’ouvre sur un univers spectaculaire. Son réel défaut n’est autre que sa générosité qui nous dévoile un univers riche, mais qui manque de place pour sa première partie.

Menacé par les forces impitoyables du Monde-Mère (Motherworld), un paisible village d’une lune lointaine place tous ses espoirs de survie entre les mains d’une mystérieuse étrangère.

Le film s’ouvre sur une petite communauté de fermiers de Veldt qui reçoit la visite de l’amiral Atticus Noble (Ed Skrein). Bien que pacifistes, ils ne tardent pas à découvrir la cruauté de ce dernier. C’est alors que Kora (Sofia Boutella) décide de rassembler une équipe de combattants afin de défendre sa nouvelle maison de l’oppression.

Rebel Moon (Partie 1) Enfant du feu est un projet plein d’ambition bien que détruit par la critique. Défini comme médiocre, sans âme et ennuyeux, c’est pourtant un long prologue dans lequel Zack Snyder pose ses bases et ses personnages. Il y ajoute également son histoire et les débuts de sa rébellion. C’est tout ! En effet, les prologues sont souvent des pétards mouillés. À titre personnel, je ne suis pas une amatrice de ce format, mais je m’y suis accommodée. Ainsi, il s’agit essentiellement d’une introduction aux personnages et de son contexte qui se développera sur sa suite. Malgré la majorité ayant décidé de le définir comme un raté, j’y vois une proposition formidable. Une en laquelle j’ai envie de croire et frissonner. Exactement de la même façon dont la trilogie originale de Star Wars me fait encore frémir.

Au travers de la découverte des personnages, on voyage d’une planète à l’autre. Des lieux différents – de la ville surpeuplée à une ferme poussière et désertique. Des populations diverses – créatures humanoïdes, humaines ou animales) qui se côtoient. Lentement, on croise des personnages avec leur propre histoire et combat. Zack Snyder s’en donne à cœur joie et ça se voit. La production est folle avec une envie extravagante de nous en mettre plein les yeux. Et ça fonctionne ! Le film est magnifique à regarder. Mon seul reproche serait les ralentis que je n’ai pas trouvé pertinents pour la plupart.

Il n’est pas un « désastre à grande échelle » ni une « perte de temps » et encore moins un projet avec une « écriture immature ». C’est un projet à grande échelle gourmand qui demande du temps et qui connaîtra sa gloire d’écriture par la suite. Mais un projet magnifique qui fait briller le regard d’excitation. Cela dit, j’espère qu’une Snyder Cut verra le jour ici ou là.

Netflix – Affiche française

Rebel Moon (Partie 1) Enfant du feu est disponible sur Netflix.